contact infos galerie / about the art gallery manifeste/o créateurs, amis / artists, friends association / org. videos

05/10/2009

Mark Wallinger "Treshold to the Kingdom" - Nuit Blanche 09 - effets secondaires / side effects





















source image, courtesy tate.or.uk


Mark Wallinger, “Threshold to the Kingdom” (Le Seuil du Royaume) @ Saint-Eustache, 75001 Paris, Nuit Blanche 03.10.09


conditions:


Au son du “Miserere d’Allegri”, (l’un des sept psaumes de la pénitence), des passagers défilent au ralenti dans le hall de débarquement d’un aéroport. Projetée dans l’église Saint-Eustache, la vidéo “Threshold to the Kingdom”(2000) accompagnée par cette musique spirituelle et doloriste, ressemble aux passages des âmes à travers les portes du paradis”.


source: Programme de la Nuit Blanche - 03.10.09, p. 37, Mairie de Paris


&


Une œuvre au “chœur” du sacré.


Projeter cette œuvre dans l’endroit le plus sacré de l’église, au dessus du tabernacle du maître autel, contribue à provoquer une expérience: celle de l’Espérance qui annonce au plus grand nombre que la mort et ses douleurs n’ont jamais le dernier mot.


source: dépliant fourni à l’entrée de l’église, p. 2


(nos emphases)


London City Airport, 2000, sans autorisation Mark Wallinger et son équipe installe une caméra, puis appuient sur “record”, faisant mine de ne pas être là, le temps d’être expulsé il avaient leur captation en boite”... la caméra avait filmé les portiques vitrés des Arrivées Internationales”.


source éditée: Rachel Withers, ArtForum, Summer, 2001 - Customs man, Mark Wallinger’s video art - Critical Essay


...


piste de lecture:


"Il y a deux péchés capitaux humains d'où tous les autres dérivent: l'impatience et la paresse. Ils ont été chassés du Paradis à cause de leur impatience, ils n'y rentrent pas à cause de leur paresse. Mais peut-être n'y a-t-il qu'un seul péché capital: l'impatience. Ils ont été chassés à cause de leur impatience, à cause de leur impatience ils ne rentrent pas."


Franz Kafka, journal, 20.10.1917


c’était dans le monde d’avant le 11.09.01 et toujours-déjà-là, dans notre versant du contemporain.


depuis, l’avion et ses extensions bâties ont été rendus à leur dimension magique, initiatique, oraculaire, transubstanciés en nœuds de triage pour le ravissement planétaire.


là où les pélerins internationaux constituent une élite post-séculaire, celles et ceux qui ont été marqués par la grâce du continent de naissance, du rang et de la chance.


acheminés par des rectangles articulés, traversant les limbes suburbaines, puis portés par les escaliers mécaniques, les tapis roulants, épiderme des passerelles et des sas.


l’heure vient, une suite d’évaluations qualifiantes, de jugements, vers les paliers de l’extase supérieure, but ultime, récompense du “parcours de la peine”.


les défroques siglées, questions liturgiques et réponses rituelles, il s’agit de laisser là les instruments de la perforation, de la découpe, de la propulsion gazeuse, du feu - auto-psy - autogyre - autopyre - de se voir délivrer les précieux sauf-conduits, les indulgences utilitaires et transitoires.


partout les corps sans organes de la surveillance, de la contrainte, du flux électronique, envisagent les “âmes” une à la fois, profilent les désirants et les désirés, les tremblants et les tremblés, les pénitents et les apostasiés.


comme d’autres hier et demain, certains en resteront là, faute à la biométrie, son absence, ses présences, ses masques, tous “nés de la faute” et sans soutiens.


d’autres vestales et janissaires s’assurent de l’identité entre soi et soi, entre zèle et nonchalance, lassitude et ennui, comparant le si précieux document avec le visage qui porterait la marque du malin ou de ses séides.


et certains encore seront extraits de la chaîne, chaingang.


les haltes se distribuent entre les échoppes euphorisantes / anxiolytiques et les ersatz d’ablutions sacrées, instruments d’hygiène élémentaire magnifiés par les paniques pandémiques.


dernières instances de mise en ordre, de composition de la posture, prières muettes, suspension des soucis terrestres, abdication du gouvernement de soi.


jusqu’à la délivrance qui advient avec un appel, suite de phonèmes et de symboles, où chacun reconnaîtra la triangulation de son existence en voie d’ascension, de transfiguration préssurisée.


...


l’arrivée, la réintegration de l’en-corps et de ses effets, la procession vers le dernier triage, nouvelle infanterie physionomiste, idiomes universels de la sécurité neuroleptique.


et certains, abjectement diaphanes-opaques, seront aspirés dans les méandres-conditions de l'hospitalité occidentale, supplément du "mal nécessaire", reliquat de mauvaise conscience.

l’acquiescence du grand gardien acquise, les autres avancent encore, (rassé)-re-nés, eugenisés: “la mort et ses douleurs n’ont (pas eu) le dernier mot’, le grand dehors est re-materialisé derrière le portique translucide.


alors qu’importe la caméra, ces séquences saisies à l’incarnation, qu’importe le ralenti, le montage, le dispositif, ou bien puisque la caméra, le ralenti.... "nous sommes vivants et vous êtes morts”, miserere.


sds @ generic


...


irrésolution:


Miserere (Allegri)


Pitié pour moi, mon Dieu, dans Ton amour, selon ta grande miséricorde, efface mon péché.

Lave-moi tout entier de ma faute, purifie-moi de mon offense.

Oui, je connais mon péché, ma faute est toujours devant moi.

Contre Toi, et Toi seul, j’ai péché, ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.

Ainsi, Tu peux parler et montrer Ta justice, être juge et montrer Ta victoire.

Moi, je suis né dans la faute, j’étais pécheur dès le sein de ma mère.

Mais Tu veux au fond de moi la vérité ; dans le secret, Tu m’apprends la sagesse.

Purifie-moi avec l’hysope, et je serai pur ; lave-moi et je serai blanc, plus que la neige.

Fais que j’entende les chants et la fête : ils danseront, les os que Tu broyais.

Détourne Ta face de mes fautes, enlève tous mes péchés.

Crée en moi un coeur pur, ô mon Dieu, renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.

Ne me chasse pas loin de Ta face, ne me reprends pas Ton Esprit Saint.

Rends-moi la joie d’être sauvé ; que l’esprit généreux me soutienne.

Aux pécheurs, j’enseignerai tes chemins ; vers toi, reviendront les égarés.

Libère-moi du sang versé, Dieu, mon Dieu sauveur, et ma langue acclamera Ta justice.

Seigneur, ouvre mes lèvres, et ma bouche annoncera Ta louange.

Si j’offre un sacrifice, Tu n’en veux pas, Tu n’acceptes pas d’holocauste.

Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé ; Tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un cœur brisé et broyé.

Accorde à Sion le bonheur, relève les murs de Jérusalem.

Alors Tu accepteras de justes sacrifices, oblations et holocaustes ; alors on offrira des taureaux sur Ton autel.


(nos emphases)


source wikipedia


...


captations vidéo basse résolution, par generic @ Saint-Eustache, 03.10.09


video

video

video


...


voir nos posts / see our posts:


parcours generic nuit blanche 09, portable

&

parcours generic nuit blanche 09, multimédia

Related Posts with Thumbnails